Les messes

Lundi - 5.45 et 17.00

Mardi - 5.45 et 17.00

Mercredi 5.45

Jeudi - 5.45 et 17.00

Vendredi - 5.45 et 17.00

Samedi - 6.00 et 17.00

Dimanche - 7.00 et 9.00

Paroisse
Licznik
Liczba wy¶wietleñ:
195798
Polecamy strony

Histoire de la paroisse

Autour des années 1990 à nos jours.
Quelle merveilleuse histoire

La Paroisse Sainte Famille est l’une des grandes Paroisses du doyenné Est de N’djamena. Elle est située dans le 7ème Arrondissement, notamment à Chagoua environ 400 à 450 mètres du marché Dembé. Elle a une superficie de 3 645,6m2 son histoire remonte autour des années 1990 où on note la présence massive des chrétiens sur ce territoire. Pour prier, ces chrétiens se dirigeaient soit vers la Paroisse la résurrection Sao ou soit vers la Paroisse du Sacré-cœur situées respectivement dans les quartiers Moursal et Pari Congo.

A l’époque, deux communautés existaient déjà à Chagoua. La Communauté Saint François d’Assise et la Communauté Saint Saturnin et une troisième est la communauté Sainte Trinité. A partir de 1998, les chrétiens se réunissaient régulièrement pour prier, se partager la parole de Dieu. La même année arrive d’Italie un jeune Prêtre, Francesco Guargualtini autour de qui, les chrétiens se sentaient en confiance pour prier et discuter de l’avenir de ces communautés. La tendance était beaucoup plus orientée vers l’érection de ces communautés en vicariat. Mais l’Archevêque exige qu’il y ait nécessairement quatre communautés.

Des Communautés en vicariat

Au début des années 1999, les fidèles de Dembé ont commencé le début de leur expérience avec quatre communautés cette fois-ci la communauté Sainte Vierge Marie s’ajoute, comme l’aurait souhaité l’Archevêque. En mars 1999, c’est pendant le temps de carême que quatre communautés ont fait l’objet de l’ouverture d’un vicariat appelé « Vicariat de Dembé » Il s’agissait de : La Communauté Saint François d’Assise, la Communauté sainte Trinité, la Communauté Saint Saturnin et la Communauté Sainte Vierge Marie.

C’est ainsi que de quatre communautés, on est arrivé à neuf (9) communautés. Les voici:

La Communauté Saint Joseph
La Communauté Sainte Vierge Marie
La Communauté Saint Emile
La Communauté Saint Joseph
La communauté Saint François d’Assise
La communauté saint Saturnin
La Communauté Saint Augustin
La Communauté saint Antoine
La Communauté Sainte Catherine

De vicariat en paroisse

Par décret n° 03/2002 du 7 Avril 2002, l’Archevêque Jean-Charles Vandame érigea le vicariat en paroisse qui porte le nom de Sainte Famille. Par le décret n° 04/2002 du même mois, le Père Francesco Guargualtini fut nommé Curé de la Paroisse.
Chaque année, le nombre des chrétiens augmente, la paroisse devient de plus en plus remplie grâce l’action du Saint-Esprit. Fin juillet 2007, l’idée de proximité pour ne pas dire les Communautés de carres est née. Ainsi les 9 communautés citées ci-dessus sont dissous pour en créer d’autres dites des CEB. Le voisin est un autre moi qui n’est pas moi et que je dois le connaître, partager avec lui les problèmes de notre carré telle est l’intention qu’il y a derrière cette philosophie.

La Communauté Saint Martin
La Communauté saint Ignace Loyola
La Communauté Saint Pierre
La Communauté saint Jacques Apôtre
La Communauté Sainte Isidore Bakandja
La Communauté Saint Jean-Baptiste
La Communauté Sainte Kisito
La Communauté Saint Luc
La Communauté Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus
La Communauté Sainte Joséphine Bakhita
La Communauté Sainte Claire
La Communauté saint Thomas
La Communauté Sainte Annuarité


Que deviendrait la Paroisse sainte Famille après l’équipe italienne ?

Vers la fin de l’année 2008, le Père Franscesco a célébré son départ. Un départ plein de regret et de souci pour l’Italien lui-même et pour ses paroissiens. Après l’Italien, plusieurs autres Prêtres vont se succéder à la tête de la Paroisse. Pour permettre aux chrétiens de communier régulièrement, plusieurs prêtres se substituent :

Le Père Antoine Bérilengar, Prêtre religieux de la congrégation des Jésuites. Il est régulier sur la paroisse au moment des partages d’évangile, les célébrations de la messe même au temps de Francesco. Père Bérilengar a apporté un soutien spirituel considérable dans la vie de cette paroisse et continue à le faire jusqu’aujourd’hui.

Le Père Jean Ndjékotar, Vicaire de la Paroisse du Sacré-cœur venait de temps à autres, dire la messe de 6 heures et quelques fois le Dimanche. Cet Abbé a apporté des aides spirituelles et a présenté des exposés débat lorsqu’il est sollicité par les paroissiens.

Le Père Tibo Desgrees du Lou Curé de la Paroisse du Sacré-cœur, bien que ses interventions étaient minimes mais ont permis aux fidèles de bien prier.

Le Père Ernest Immaculé Gbenakou de nationalité togolaise. Ernest se veut une paroisse sans défaut. Puisqu’il est direct, la mentalité commence à changer, la ponctualité à la messe. La réaction de ceux qui se sentent mieux dans ces genres de vie reste négative mais cela a permis un changement de comportement.

Juste avant de fixer une communauté pastorale sur la paroisse, l’Archevêque Mathias Ngartéri a nommé un Administrateur, le curé de la Paroisse Emmanuel, prêtre religieux de la Congrégation salésienne d’origine Espagnole le Père Augustin Cuevas. Celui-ci forme avec le diacre René Nandimangar qui deviendrait dans quelques mois prêtre et vicaire de la même paroisse, une communauté tchado espagnole.

Dans l’administration, ce n’est pas l’autorité qui compte, ce n’est pas le pouvoir mais c’est l’art de diriger. Comme disait un homme de culture et je cite: ’’servir les gens, demande de la dignité et de l’intelligence. Ce que nous faisons, ne définit pas qui nous sommes. Ce qui définit, c’est notre capacité de nous relever après une chute’’.
Le diacre devenu prêtre, nommé Vicaire de la Paroisse Sainte Famille, formerait avec lePère Stanislas Worwa de nationalité polonaise et René, prêtre tchadien son vicaire, une communauté pastorale. Désormais la paroisse a une équipe tchado polonaise qui prend les affaires en main. Cette dernière équipe se soucie beaucoup plus d’une paroisse moderne. Plusieurs projets sont en voie : Il y a actuellement l’électrification de la paroisse, la construction d’un centre culturel, l'église et un presbytère.

De cette composition des hommes de Dieu sur la jeune église de Dembé, il faut retenir que les différentes étapes parcourues ont permis aux chrétiens de mûrir leur foi. Il y a également la forme de la pédagogie de l’enseignement qui varie selon chacun des pasteurs. La mentalité a changé et l’époque actuelle exige une théologie pratique. Les théories n’ont pas aidé les premiers chrétiens. La preuve c’est qu’il faut rester pauvre selon certaines versions. Or, le temps et le changement constituent des facteurs non négligeables dans le processus de développement. Aussi, l’âge où grandit le mouton de panurge a changé. Il faut être pratique avec les hommes. Ils vont s’apercevoir qu’ils sont eux aussi participants à la construction de leur église.

Enfoncée dans le creux du 7ème Arrondissement l’un des plus grands quartiers de la Capitale situé au Sud Est de N’Djamena, la paroisse Sainte Famille était au début des années 1990 porteuse de beaucoup d’espoir et d’avenir. Les chrétiens ne pouvaient que s’en réjouir et espérer à un aboutissement positif de toutes les démarches dans les meilleurs délais.
Depuis sa naissance jusqu’à nos jours, la Paroisse a opéré des grands changements dans la vie des chrétiens. A peine 11 ans d’existence, on compte 2 598 chrétiens baptisés et confirmés, 145 couples ont célébrés leurs mariages devant le Seigneur. La parole de Dieu est enseignée aux pauvres. Les communautés ont pris de nombreuses initiatives dans le domaine de l’Evangélisation, des actions caritatives de développement et des œuvres sociales. On note 16 groupements et 18 mouvements et services sur le territoire de Sainte Famille.

Au niveau des infrastructures, la recherche d’un local permettant aux chrétiens de se rencontrer et de prier ensemble préoccupait les Autorités de l’Eglise Catholique en cette époque. Bien entendu, les années qui se sont suivies n’ont pas apporté que satisfaction il a fallu de nombreuses tracasseries et des efforts déployés pour apercevoir le bout du tunnel. Mais les chrétiens ont tenu le coup par ce qu’ils ont cru en l’action du Saint-Esprit pour le devenir de leur Eglise et en son avenir promoteur grâce à ses potentialités humaines.

De nombreux changements ont caractérisés la vie de cette jeune Paroisse : Le nombre croissant des chrétiens, la succession des prêtres, la naissance des mouvements, groupes et services, des projets ont fait naître des groupements en vue d’un développement harmonieux autour des années 1998. Cette jeune Eglise s’engagerait à être active avec le concours de ses fidèles pour valoriser sa foi et sa mission en devenant proactive tout en développement une plus grande capacité à faire des propositions concrètes. Il faut retenir que notre rédaction mise à jour présentera les activités de la Paroisse dans son ensemble dans les pages à venir voir le notre site.