Les messes

Lundi - 5.45 et 17.00

Mardi - 5.45 et 17.00

Mercredi 5.45

Jeudi - 5.45 et 17.00

Vendredi - 5.45 et 17.00

Samedi - 6.00 et 17.00

Dimanche - 7.00 et 9.00

Paroisse
Licznik
Liczba wy¶wietleñ:
211501
Polecamy strony

Conférence de presse - Déclaration Préliminaire de l’Archeveque

La Cathédrale Notre Dame de la Paix est un édifice dont l\'histoire est intimement liée à celle du Tchad, de la France libre et du monde. Aujourd\'hui, toute la population tchadienne se reconnaît dans la symbolique et dans le nom de la La Cathédrale Notre Dame de la Paix. Mais quelles sont les réalités de l\'histoire que cache cette bâtisse?

Déclaration Préliminaire de l’archeveque


Monsieur le Président du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques ;
Monsieur le Président de l’Entente des Eglises Evangéliques au Tchad ;
Monsieur le Président de l’Union des Cadres Chrétiens du Tchad ;
Mesdames et messieurs les journalistes,
Messieurs les pères Curés des différentes paroisses,
Messieurs et mesdames membres de la commission de Restauration de la Cathédrale,
Chers invités,
Mesdames et messieurs

Nous sommes encore aux débuts de l’année. Il n’est pas tard, pour moi, de vous adresser, avant mon intervention, mes vœux les meilleurs à chacun de vous, à vos familles respectives et surtout à notre pays pour lequel les vœux de paix retentissent sur toutes les lèvres.


Mesdames et messieurs les journalistes, il est important de vous informer que l’Église Catholique est présente dans notre pays depuis 1929, grâce aux premiers missionnaires, les spiritains, les pères du Sacre Cœur de Saint Quentin, et les pères Capucins qui sont arrivés de Batangafo dans L’Oubangui Chari, et qui se sont installé à Kou, dans la région de Moundou, Doba, Kélo, et Sarh.

La première Evangélisation de Fort Lamy s’est faite un peu plus tard, en 1955, grâce à un prêtre Jésuite français, aumônier militaire, le père de Bélinay, qui, après plusieurs explorations du Tchad, surtout dans la partie Nord, a obtenu l’envoi des premiers Jésuites, dont Monseigneur du Bouchet, premier Préfet apostolique au Tchad.

10 ans après a commencé une histoire, celle de la construction de la Cathédrale Notre Dame des Victoires de Fort Lamy, devenue aujourd’hui Notre Dame de la Paix de N’Djaména.

Que s’est-il passé réellement? Vous avez tous appris l’histoire des guerres mondiales. Aujourd’hui vous connaissez certainement autour de vous des anciens combattants même s’ils sont de moins en moins nombreux.

L’histoire de la cathédrale est intimement liée à celle de la participation du Tchad aux côtés des forces de la France libre et du monde à la deuxième guerre mondiale. Pourquoi?

Quand les Allemands ont occupé la capitale française et plusieurs autres positions stratégiques de France, le Général De Gaule, réfugié en Angleterre, a lancé un appel depuis Londres pour la libération de la France. C’est ainsi que Félix Éboué, le Gouverneur des Territoires Tchadiens va rallier notre pays à la France libre. D’où l’arrivée du Général Leclerc à Fort Lamy pour organiser les troupes des tirailleurs en vue de combattre les allemands. Pour ceux qui ont vu le film « le jour le plus long » présentant le Débarquement en Normandie, plusieurs tchadiens, étaient dans la farouche colonne de Leclerc. Nos compatriotes ont contribué à cette bataille qui a été décisive pour la libération de la France.

Vous vous demandez certainement, mais qu’est ce que cela a, à voir avec notre Cathédrale? Eh bien, c’est à la veille de la mise en marche de la colonne Leclerc, appelée deuxième division blindée, que celui-ci et ses futurs compagnons ont demandé à Dieu de leur accorder la Victoire, et que s’il la leur accorde, qu’ils reviendront construire une Maison de Dieu digne de son nom.

C’est ainsi que, après la victoire sur l’Allemagne Nazie, le Comité de construction, qui avait déjà été mis sur pieds avant la deuxième guerre mondiale, a recherché les fonds nécessaires et a construit la Cathédrale en hommage à tous ceux qui ont constitué la colonne Leclerc partie de Fort Lamy pour participer à la libération de Strasbourg et Paris.

L’édifice construit et inauguré en 1965 a été détruit le 21 avril 1980 lors de la guerre civile.

La Cathédrale, telle que vous la voyez aujourd‘hui est très différente de l’ancienne qui représentait, dans sa forme, tout une bonne partie de l’histoire de notre pays. l’Église catholique n’ayant pas les moyens de la reconstruire à l’identique, a reconstruit l’actuelle, inaugurée en 1986, il y a 25 ans aujourd’hui.

Mesdames, messieurs les journalistes, en tant qu’hommes des médias, vous avez certainement entendu des rumeurs concernant la délocalisation de la Cathédrale Notre Dame de la Paix ou la construction d’une basilique à un autre emplacement en remplacement de la Cathédrale etc. D’ailleurs il y en a parmi vous qui en ont fait échos.

Il convient ici de vous fournir les informations suivantes :

- la Cathédrale est un bâtiment lié aux fonctions de l’Évêque. C’est la où se trouve le siège épiscopal, depuis le premier Évêque du diocèse jusqu’à nos jours. Et il en sera ainsi pour tous les évêques qui se succéderont à la tête du diocèse. Une Cathédrale ne peut jamais être déplacée sauf dans des cas de forces majeures : tremblement de terre par exemple; ou par autorisation expresse du Saint Siège, c'est-à-dire du Pape.

 [1]  2  » 

Powrót